Les carnets de Mémoire vive

D'autres généalogies et d'autres histoires...

samedi 1 février 2020

Dix ans

Depuis dix ans, je vis d'autres vies que la mienne. Délibéremment, j'ai choisi de m'intéresser à d'autres familles, d'autres histoires, d'autres cultutres, d'autres destins.

Depuis dix ans, c'est un autre monde qui s'est ouvert à moi, riche en rencontres, riche en émotions.

J'ai voyagé sans quitter mon bureau parisien, des rives de l'Algérie à celles de l'Espagne, des contrées outre-Quievrain jusqu'à l'Allemagne et la Suisse, j'ai maintes fois franchi les Alpes, mais aussi les Pyrenées, parfois à pied, pas toujours dans la légalité. J'ai découvert le centre de l'Europe et j'ai changé de nationalité sans quitter mon village.

J'ai aussi parcouru la France et ses départements au gré des registres d'état civil, j'ai franchi le seuil de nombreuses églises à travers l'écriture des curés, j'ai patienté dans les bureaux de recrutement et les études de notaire.

J'ai été passagère d'un paquebot pour l'Amérique dans les années 1920, j'ai été réfugiée espagnole, immigrée italienne et portugaise, j'ai été fileuse dans le nord, agricultrice dans le Berry, esclave affranchie en Martinique, domestique indienne à la Réunion, parisienne sous la commune, fille mère en Corrèze, muse d'un sculpteur au début du 20e siècle.




J'ai porté et donné naissance à 8 enfants, dont 5 sont morts en bas âge, j'ai été veuve de guerre, pupille de la nation, enfant de l'assistance placée dans une famille d'accueil.


J'ai connu les joies des bals et des rencontres, de tomber amoureuse, plusieurs fois, les joies de la vie.

J'ai voyagé à travers des paysages, des villes, des villages, des hammeaux que je ne connaissais pas mais dont les noms me sont devenus familiers.

Je me suis reconnue dans les photos de mariée, en nourrison, en écolière, en jeune mère ou encore en grand-mère.

Depuis dix ans, pour chaque ancêtre découvert, pour chaque récit transcrit, pour chaque photo numérisée, un morceau de l'histoire, même infime, qui se révéle,  fait écho à ma propre histoire et devient mien.

_____________________________________________
Mémoire vive - études généalogiques et familiales
Anne Jourda-Dardaud
www.memoirevive-genealogie.fr
ajd@memoirevive-genalogie.fr



mardi 7 janvier 2020

L'homme sans passé

Il est arrivé au rendez-vous en me disant qu'il ne connaissait rien à l'histoire de sa famille.

Dernier d'une fratrie de deux, il avait 15 ans de moins que son frère. Il n'avait pas connu ses grands-parents, ses propres parents n'avaient pas été bavards. Peu de cousins proches, quelques brouilles familiales, personne vers qui se tourner pour en apprendre sur ses origines.

Alors, avançant en âge, il était maintenant décidé et voulait se lancer à la recherche de ses ancêtres.

Quelques papiers dont un livret de famille, quelques notes manuscrites reprenant des bribes de dates, voilà qui me permettait l'ébauche d'un arbre où je pouvais faire figurer quelques noms, quelques dates et surtout des lieux qui allaient devenir par le biais des archives mon terrain d’investigation pour plusieurs semaines.

Sa demande ne concernait que sa branche agnatique : seuls les tenants de son nom l'intéressaient et l'idée était de remonter le plus loin possible.

L'ancrage en banlieue parisienne a très vite laissé la place à un ancrage valdoisien - à partir de la troisième génération. L'accès aux registres et aux tables décennales étant facilité par leur numérisation, les recherches progressaient assez vite.

Je proposais alors à mon client de compléter les données de l'état civil par des sources généalogiques complémentaires que constituent les fiches de matricule et les recensements qui donnent une photographie de la famille à un instant précis et permettent d'étoffer l'arbre.

La belle surprise est arrivée à la sixième génération, par la mention sur l'acte de mariage datant de 1816, de l'un de ses ancêtres direct : le futur marié était "membre de la légion d'honneur". La consultation de son dossier via la base Leonore qui recense tous les récipiendaires de la prestigieuse décoration, a permis de retracer son parcours dans les régiment napoléoniens. Le glorieux ancêtre, fusilier, enrôlé en février 1803, blessé à Austerlitz, a fini prisonnier en 1813 en Allemagne.



Ce personnage donnait du relief parmi l'ensemble de ses ancêtres agriculteurs de père en fils, et dont la plupart n'avait jamais quitté leur village et leurs alentours.

Mon client entrait avec ce soldat de plein pied dans l'histoire de France. Sa découverte permettait de renouer les liens d’une filiation oubliée. La mise en lumière de cet homme et l'intéret qu'elle suscitait allait rejaillir sur l'ensemble de son ascendance et descendance.

La suite des recherches a permis de remonter jusqu'à la 10e génération vers 1650.

L’homme sans passé qui était venu solliciter mes services était désormais en mesure de nommer un à un ses ancêtres en ligne directe. Les recherches ont permis de les faire sortir de l'anonymat et de leur redonner corps.

Il est maintenant en possession de son arbre généalogique mais aussi du livre généalogique illustré (avec les actes, les cartes postales ancienens et les différents documents trouvés) qu’il a offert à son frère et ses fils.

__________________________________________________

Recherches généalogiques et Livre généalogique illustré
contact et devis sur www.memoirevive-genealogie.fr

lundi 16 décembre 2019

La soeur cadette

Elle voulait fêter l'anniversaire de son frère aîné. Les dernières années avaient été difficiles. Elle voyait dans ce passage de cap, l'occasion de célébrer leur lien et de rendre hommage à leurs parents trop tôt disparus. C'était là un gage d'affection, une démonstration de son attachement et de son admiration.

Elle voulait compiler dans un livre les photos de famille et les commenter d'un récit à la première personne, où de sa place de petite sœur, elle reviendrait sur leur histoire commune et sur celle de leurs parents Je devais mettre ma plume et mes mots au service de sa parole.

Lors de notre premier rendez-vous, elle tira de son sac une pochette avec les photos qu'elle avait choisies. Quelques mois avant, elle avait vidé l'appartement de sa mère, suite à son décès.
Elle a alors ouvert les cartons qu'elle avait entreposés et elle a replongé, la tête la première, dans les photos en vrac et les albums.  L'exercice était à la fois douloureux mais aussi ressourçant. Elle prenait la mesure de tout ce qu'avait vécu sa famille, et comprenait mieux en regardant d'un œil attentif ces photos familières, la nature de ses relations, non seulement avec ses parents disparus, mais aussi et surtout avec celui qui était son aîné de sept ans.




A la lumière des bougies dans ce bar du 12e arrondissement de Paris, elle a pu me raconter son histoire, en commentant photo après photo. L'histoire de la famille était belle, et connaissait des épisodes heureux mais aussi des épreuves surmontées. Des naissances, des mariages, des deuils, le lot de toutes les familles en somme.

En faisant une description précise des photos, en scrutant les moindres détails, en relevant les objets faisant sens, elle a livré son histoire familiale.

Le lendemain, mon travail a consisté à numériser et nettoyer les photos ; j'ai ensuite organisé le récit autour de ces images, mais aussi des légendes manuscrites qui y figuraient au dos.

Naturellement, j'ai retracé le parcours de son frère, de sa naissance jusqu'à son anniversaire à venir, dans un récit à la première personne. Je me faisais narratrice et je tentais de retranscrire le plus fidèlement les sentiments, les émotions que la jeune sœur éprouvait pour son frère.

Puis est venu le temps de la mise en page et de l'agencement le plus pertinent des textes et des photos.

Enfin une relecture commune de l'ensemble, afin de modifier ou de compléter le texte, de remplacer un mot par un autre : cette étape finale lui permettant de se reconnaitre et de s'approprier pleinement le travail accompli. Le livre pouvait partir à l'impression.

Le soir de la fête, une fois les bougies soufflées, elle a remis à son frère ce précieux présent devant ses amis ; entre les bulles de champagne, la musique et les rires, les absents reprenaient corps, sous les regards complices échangés entre un grand-frère et une sœur cadette, plus proches que jamais.

____________________________________________

Le livre anniversaire  - contact et devis gratuit sur www.memoirevive-genalogie.fr

jeudi 12 décembre 2019

La passeuse d'histoire

Elle était le seul témoin toujours en vie.

Fille unique, descendante d'une famille d'artistes et d'artisans d'art, seule dépositaire de la mémoire familiale, elle possèdait aussi de nombreuses photos, documents, non seulement de ses ancêtres mais aussi de ceux de son défunt et tant aimé époux.

C'est sa petite fille qui l'aimait profondément qui m'avait demandé de recueillir son témoignage. C'est sur l'insistance de sa petite fille qu'elle m'a finalement reçue, après avoir reporté à plusieurs reprises notre premier rendez-vous, m'accueillant par un "de toutes façons, je n'ai rien à vous dire".

Un peu destabilisée, j'ai alors commencé par me présenter, expliquer mon travail, mon parcours, et de fil en aiguille, sur le ton de la conversation, elle a commencé à me parler de ses petits-enfants, de ses enfants, de son mari, de ses parents...
Puis elle a sorti de sa belle commode les papiers et les photos, pour que je puisse mettre un visage sur les protagonistes de son histoire, mais aussi pour que je comprenne bien.

Je suis repartie trois heures plus tard, non sans avoir pris le thé et les photos et papiers en vue de les numériser. Rendez-vous était pris pour une deuxième rencontre : pour une personne qui n'avait rien à dire, elle m'avait livré des informations précieuses, des anecdotes savoureuses.



Durant la semaine qui s'en suivit, mon travail a consisté à retranscrire toutes les notes que j'avais prises et numériser l'ensemble des documents pour pouvoir rapidement les lui restituer. J'ai également réalisé de manière succincte un arbre généalogique pour replacer les nombreux ancêtres des deux branches à leur juste place et vérifier quelques dates, quelques lieux, quelques noms.

Lors de notre deuxième rencontre, j'ai ainsi pu faire préciser telle ou telle information et étoffer le récit qu'elle avait commencé. Les photos ont beaucoup aidé à dérouler le fil des souvenirs, véritables vecteurs de mémoire, elles charrient avec elles les noms, les lieux, les dates, puis débouchent sur des histoires, des portraits, des descriptions de caractère qui donnent les grandes lignes de ce que sera le récit final.

Deux entretiens allaient suivre, puis un autre avec sa petite fille qui souhaitait compléter le livre en cours de réalisation, d'un album de famille, composé des photos des descendants et montrer ainsi la continuité des liens familiaux. Des ancêtres identifiés sur les photos et les papiers, à leurs descendants actuels, plus d'un siècle et demi sont représentés entre le début et la fin de ce livre.

Cette biographie familiale a la chance d'être riche en photos et en documents, mais elle est surtout portée par la voix et les souvenirs de cette grand-mère à la mémoire précise, passeuse d'histoire, dont le témoignage est désormais fixé sur papier, transmis et partagé par ses descendants.

________________________________________

Biographie familiale illustrée  : renseignements et devis sur www.memoirevive-genealogie.fr
contact : ajd@memoirevive-genealogie.fr

mardi 10 décembre 2019

D'autres généalogies et d'autres histoires que les miennes

En février prochain, Mémoire vive - études généalogiques et familiales fêtera ses 10 ans d'existence.

A cette occasion j'ai envie de mettre en lumière le travail accompli en revenant sur mes rencontres tout au long de cette décénnie,  et de vous faire découvrir l'étendu de la palette de l'activité de généalogiste professionnelle et de biographe familiale, de la recherche des ancêtres à la transmission des souvenirs et des histoires de famille*.

Tout en mettant en avant le travail de Mémoire vive, le but est avant tout de partager les histoires, de faire résonnance, de suciter chez mes lecteurs des envies de lecture ou de recherches.

Du personnel à l’universel…


*L'anonymat des personnes est toujours préservé.